Etats-Unis :Le Congrès adopte un projet de loi interdisant l’achat et la vente d’ailerons de requin

La Chambre des représentants des États-Unis a adopté mercredi un projet de loi interdisant l’achat ou la vente d’ailerons de requin dans tout le pays, .

WASHINGTON – mercredi 20 novembre 2019 :

La Chambre des représentants des États-Unis a adopté mercredi un projet de loi interdisant l’achat ou la vente d’ailerons de requin dans tout le pays, .

Le « Shark Fin Sales Elimination Act », porté par les représentants américains Gregorio Sablan et Michael McCaul, a été adopté par un vote de 310 contre 107.

Ce projet de loi vise à interdire l’importation, l’exportation, la possession, le commerce et la distribution d’ailerons de requin ou de produits contenant des ailerons de requin afin d’empêcher le déclin des populations de requins.

À l’heure actuelle, le finning et la possession d’ailerons de requin à bord d’un navire sont interdits dans les eaux américaines par la loi de 2010 sur la conservation des requins. Cependant, la loi n’interrompt pas le commerce à l’intérieur du pays des ailerons et produits dérivés.

La Shark Fin Sales Elimination Act cherche à combler cette lacune et à mettre un terme aux contributions des États-Unis au commerce.

« J’espère que le Sénat agira rapidement afin que nous puissions mettre fin à notre contribution au commerce mondial des ailerons de requin », a déclaré Sablan, un délégué des îles Mariannes du Nord.

« La survie des prédateurs supérieurs est d’une grande importance. Ce projet de loi contribuera à garantir leur survie pendant des décennies. Le Congrès a mis fin à la cruauté envers les animaux en votant en faveur de la Shark Fin Sales Elimination Act. » McCaul, représentant du 10e district du Texas.

Traduction Sauvegarde des Requins

En Indonésie, la chasse aux requins est un business juteux

Bien que certains squales soient protégés, les chasseurs indonésiens pratiquent une chasse intense. Les ailerons de requins valent en effet une fortune.

Reportage de France 2
http://api.dmcloud.net/player/embed/4e7343f894a6f677b10006b4/556cb08406361d5c6cc8c4b7/f95a10bda83c4f39ae1ebac0ed7a6af4?exported=1 » target= »_blank »>ARTICLESur l’île de Lombok, en Indonésie, la chasse aux requins est une activité intense. Et pour cause, le requin est une marchandise très prisée car très rentable. Un pêcheur touche 1 million de roupies par squale pêché, soit un peu moins de 100 euros. En Indonésie, c’est une somme très importante.

L’aileron, un produit de luxe exporté en Chine

Chaque année, 110 000 tonnes sont pêchées en Indonésie, premier pays chasseur de requins au monde. Suhadang, négociant, explique à France 2 : « La viande peut valoir 1,50 euro par kilo. La peau peut être utilisée une fois séchée. Son prix est de 10 euros par kilo. Les ailerons, c’est ce qui vaut le plus cher. » En effet, le kilo d’ailerons vaut 270 euros, plus que le salaire mensuel d’un policier.

Les ailerons sont presque tous exportés en Chine, où ils sont considérés comme un produit de luxe aux vertus thérapeutiques. À cause de cette croyance infondée, plusieurs espèces de requin sont menacées d’extinction.

Philippines : mesure interdisant la capture, la vente, l’achat, la possession, le transport, l’importation et l’exportation de tous les requins et les raies dans le pays.

Communiqué de presse

25 Novembre 2014.La Chambre des représentants a approuvé en deuxième lecture une mesure interdisant la capture, la vente, l’achat, la possession, le transport, l’importation et l’exportation de tous les requins et les raies dans le pays.

Hon. Francisco T. Matugas (1er arrondissement, Surigao Del Norte), président du Comité de la Chambre sur les ressources naturelles, a déclaré que le projet de loi devrait assurer le maintien de l’équilibre écologique et la biodiversité marine au profit des générations actuelles et futures des Philippins.

Les auteurs de cette mesure sont Sherwin T. Gatchalian (1er arrondissement, Valenzuela City) et Gloria Macapagal-Arroyo (2e District, Pampanga).

« Conformément aux objectifs de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, la politique de l’État est de conserver, de protéger et de soutenir la gestion des populations des requin et de raies du pays », a déclaré Matugas.

« Bien que les requins et les raies n’ont pas été officiellement déclaré en voie de disparition, sa population a considérablement diminué au cours des années, non seulement à cause des dégradations de l’environnement, mais plus important encore, à cause de la pêche pour la consommation humaine », a déclaré Gatchalian.

Gatchalian dit que la vente et la proposition au menu de la soupe d’ailerons de requin et tous les menus alimentaires avec les requins et les raies et ses sous-produits doivent être interdits.

En vertu de la mesure, il est illégal de blesser, tuer, capturer, vendre, acheter, de posséder, d’exporter et de transporter des requins et des raies dans les eaux philippines.

Les requins et les raies, qui sont accidentellement inclus dans les prises dans le cadre de la capture d’autres espèces de poissons, doivent être immédiatement libérés sains et saufs à la mer.

Tuer, détruire ou infliger des blessures sur les requins et les raies impose une peine d’emprisonnement maximale de douze ans et une amende maximale de 1 million Pesos Philippins ou les deux.

Attraper, vendre, acheter ou posséder des requins et des raies, et leurs sous-produits et dérivés est passible d’une amende P500,000 (Pesos Philippins) maximale ou d’une peine d’emprisonnement de 12 ans, ou les deux.

Le transport, l’importation et l’exportation de requins et de raies, et leurs sous-produits et dérivés inflige une amende maximale de P300,000 ou d’une peine d’emprisonnement maximale de 12 ans, ou les deux.

Le Bureau des pêches et des ressources aquatiques (BFAR) du ministère de l’Agriculture (DA) est l’organisme référent dans la mise en œuvre de la loi proposée.

Le projet de loi oblige le Bureau des pêches et des ressources aquatiques (BFAR), le ministère de l’Environnement et des ressources naturelles (DERN), le ministère du Tourisme (DOT), le ministère du Commerce et de l’Industrie (DTI), de mener une campagne d’information et d’éducation à l’échelle nationale pour informer les gens de la valeur de requins et de raies dans l’écosystème marin, et l’importance de la préservation de leurs habitats respectifs et de leurs ressources alimentaires.

Source : Jazmin S. Camero, Media Relations Service-PRIB, République des Philippines

L’Inde interdit le finning pour protéger des espèces

A worker collects pieces of shark fins dried on the rooftop of a factory building in Hong Kong on January 3, 2013. File Photo

Un travailleur collecte les ailerons de requins séchés sur le toit d’un bâtiment de l’usine à Hong Kong le 3 Janvier 2013

Traduction de l’article : India bans shark ‘finning’ to protect species (26 août 2013)

L’Inde a interdit la pêche des requins uniquement pour leurs ailerons dans un mouvement visant à protéger les espèces menacées.

La pratique du shark  » finning « , ou à couper les nageoires des requins puis les jeter à la mer et les laisser mourir lentement de faim ou de l’impossibilité de se déplacer, a explosé dans le monde entier en raison de la demande en Chine, où la soupe d’ailerons de requin est considéré comme un mets de choix.

L’Inde énumère plusieurs dizaines d’espèces de requins dans ses eaux en voie de disparition, dont les marteaux, les requins à grandes ailes et les requins -baleine.

En vertu de la nouvelle politique du ministère de l’Environnement, annoncé lundi, les pêcheurs pris avec des ailerons seuls risquent jusqu’à sept ans de prison pour la pêche d’espèces en voie de disparition.

Dans le monde, les populations des requins sont en forte baisse, avec certaines espèces qui représentent aujourd’hui que dix pour cent de ce qu’elles étaient il y a trois décennies. Leur disparition menace la santé des écosystèmes océaniques, disent les experts, ces grands prédateurs sont essentiels pour maintenir l’équilibre des populations de poissons et de tortues. Des dizaines de millions sont capturés chaque année.

La croissance du finning pour alimenter le marché chinois a posé une menace majeure pour les requins.

L’Inde est le deuxième plus grand pays du monde dans la capture des requins derrière l’Indonésie, les deux pays représentant à eux seuls 20 pour cent des captures de requins chaque année, selon un rapport publié par l’agence TRAFFIC. (Voir article)

La plupart des pêcheurs indiens capturent des requins principalement pour la nourriture, mais ils exportent aussi les ailerons à l’étranger. Les ailerons doivent dorénavant être enlevés une fois que les requins sont à terre.

L’année dernière, les pêcheurs indiens ont exporté pour 4,8 millions de dollars d’ailerons de requins en Chine, un chiffre en baisse puisqu’il représente moins de la moitié des 11,3 millions de dollars en 2010, malgré une demande soutenue.

«Les pêcheurs disent que le nombre de requins qu’ils ont été en mesure d’attraper a réellement baissé « , a déclaré C. Samyukta de Humane Society International.

Les écologistes ont applaudi la décision du ministère comme la clé pour mettre fin à une pratique cruelle qui menace de pousser certaines populations de requins au bord de l’extinction.

«Compte tenu de la situation périlleuse de nombreuses espèces de requins , nous exhortons les gouvernements des États à agir rapidement et à travailler pour faire appliquer la politique « , a déclaré Belinda Wright, de la Société de protection de la faune de l’Inde (Wildlife Protection Society of India).