Le Centre Sécurité Requin a-t-il vocation à détruire les écosystèmes de nos lagons ?!

Le 15 décembre, un père et sa fille font la rencontre d’un requin juvénile d’espèce indéterminée d’environ 1m50 et un peu trop curieux, dans le lagon de Saint-Pierre du côté de Ravine Blanche. Le requin les aurait « chargés » mais a aussitôt fait demi-tour sans autre conséquence.

La presse locale s’empare immédiatement de l’affaire : certains médias parlent alors d’une attaque d’un requin bouledogue d’au moins 2m, voire même d’un adulte, en plein dans le lagon…..Haro sur le dangereux prédateur !

La CIVIS interdit jusqu’à nouvel ordre la baignade et les activités nautiques sur les plages du centre-ville à la Ravine Blanche. 

Et dès le lendemain, le Centre Sécurité Requin (CSR) sort la totale à Ravine Blanche : activation du protocole requin, survol de drones, pêche au filet au beau milieu des coraux, et opérations de pêche « ciblées » à la palangre (drumline) derrière la barrière corallienne.

Las, le juvénile ne s’en laisse pas conter : « Selon le CSR, le requin, cerné par le filet des pêcheurs, a déployé suffisamment d’énergie pour s’échapper du piège et rejoindre le large, suivi par un des pêcheurs affectés aux drumlines » (Quotidien, 18/12/21).

On ne vous fait pas un dessin sur le piétinement du corail (formellement interdit) occasionné par les pêcheurs en train de courir après le requin avec leur filet….

Pourtant le 16 novembre, sur la page Facebook « Observations Requins 974 », Christophe Perry, coordonnateur du programme de pêche du CSR, expliquait déjà à quel point ce type de pêche est destructeur  dans le lagon de Saint-Pierre :

« C’est une fièvre pour pêcher au filet, ce lagon de St-Pierre. Corail en forme, et roches partout, pas de fond, pas mal d’autres espèces qui risquent d’y passer si on laisse un trémail la nuit…..Compliqué cette zone, casser le corail et pêcher d’autres espèces, ça passera pas et on va s’en prendre de partout » (sic).

Mais cela ne les a pas empêché de lancer la pêche au filet dans le lagon dès le 16 décembre ! Résultat des courses : 2 requins tigres massacrés au large. Mais de juvénile, point.

Au fil des jours, ledit public, lassé par l’interdiction de baignade en pleine chaleur, et sans doute révolté par cet abus de pouvoir manifeste et des mesures disproportionnées, retourne à l’eau malgré le drapeau rouge.

Arrive le 24 décembre, jour de Noël. Une coïncidence ? Alors que la plupart des gens sont occupés à préparer les fêtes et à faire leurs derniers achats, le CSR décide ni plus ni moins de venir installer en douce un autre filet maillant, dans le lagon du centre-ville cette fois.

Installé à demeure, sur une trentaine de mètres en direction du platier récifal, il est destiné à pêcher jour et nuit. Que le filet – à mailles fines – se prenne dans le corail et le brise, qu’il capture au passage tous les petits poissons du lagon (balistes, poissons cochers, poissons papillons,….) qui restent prisonniers des mailles, ce n’est visiblement pas leur problème : il faut tuer ce fichu requin juvénile !

La « légalité » de l’opération pose également question. 

Certes, le CSR bénéficie pour ce faire de dérogations de la DMSOI (Direction de la Mer Sud Océan Indien) à l’arrêté préfectoral consolidé n°1742 du 15 juillet 2008 sur la pêche professionnelle, lequel précise en son article 23 (pêche dans les lagons) :

« L’ensemble des plate-formes récifales de l’île (communément appelées « lagon ») comprenant les chenaux d’arrière récif et les platiers coralliens, depuis la plage jusqu’à la barrière de corallienne, constitue une réserve de pêche. A l’intérieur de la réserve de pêche, seules la pêche du capucin nain et la pêche à pied à la ligne sans moulinet (pêche à la gaulette) sont autorisées, de jour et sur les seuls fonds sableux, dans la limite de 25 mètres de la ligne des plus hautes eaux ».

Mais cela n’autorise nullement le CSR sous le prétexte de pêche au requin, à détruire les écosystèmes coralliens de nos lagons ! Les petits braconniers ne font guère « mieux »……

Alors me direz-vous : mais que fait la police ? Ben rien, vu que le président du CSR n’est autre que la sous-préfète de Saint-Paul. Le CSR, protégé par l’Etat, a donc tous les droits…..

Et soyez contents braves gens : tout ça, c’est avec votre « pognon ». Le CSR ne fonctionne qu’avec de l’argent public.

Depuis, heureusement, les choses sont rentrées dans l’ordre. Des représentants de l’Association Citoyenne de Saint-Pierre se sont émus de l’affaire et ont clairement dit leur façon de penser au pêcheur qui était venu inspecter le filet le soir du 24 décembre.

Le lendemain, plus de filet dans le lagon du centre-ville. Dont acte. Jusqu’à la prochaine sans doute. Car en matière de coups pendables, le CSR n’en est pas à ses débuts.

Faut-il rappeler en effet que depuis 2018, le CSR s’est rendu coupable de près de 166 infractions à la réglementation (une paille !) à l’occasion de pêches aux requins dans les zones de protection renforcée 2A et dans les sanctuaires de la Réserve marine de la Réunion ?

Plainte a été déposée par nos associations auprès du Procureur de la République. L’affaire est toujours en cours. A suivre.

On signalera pour finir des contradictions évidentes dans le discours du directeur du CSR Willy Cail. Alors que le Quotidien du 18/12/21 décrit clairement l’opération de pêche au filet en cours à Ravine Blanche, M. Cail affirme le 27 décembre sur le site ImazPress qu’aucun filet n’a été utilisé sur ce site, mais bien « une opération de pêche sans filet, à l’aide d’hameçons, complétée par une technique d’encerclement par drones ».

Affirmation contredite à nouveau par le Quotidien du 28/12/21 qui titre, en parlant de Ravine Blanche : « Le filet anti-requins retiré demain ? » ……

Alors qui ment ? Qui essaie de balader le public ?

Une chose est certaine : nous continuerons à surveiller les agissements du CSR comme le lait sur le feu. Ces gens-là se croient décidément tout permis.

Les petits braconniers, on leur colle des amendes, et on les met éventuellement en prison. Allez donc leur expliquer désormais le pourquoi du comment, et « comment ça se fait que le CSR, lui, il ait le droit de….. ?». On vous souhaite bonne chance.

Didier DERAND, Représentant du Collectif d’Associations :
Sauvegarde des Requins – Requins Intégration – Shepherd France – Longitude 181 – One Voice – Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS)- Tendua pour la sauvegarde de la biodiversité – Le Taille-Vent- Vivre Activement pour Garder Un Environnement Sain (VAGUES)

crédit photo : Association Citoyenne de Saint-Pierre

Non à la pêche aux requins dans les zones de protection renforcée

Une consultation du public est en cours jusqu’au 20 décembre 2021. Elle concerne l’avenir de la Réserve Naturelle Nationale Marine de La Réunion, notre patrimoine à tous .

20 jours seulement pour s’exprimer!

Depuis le début de la pêche en 2013, l’Etat a déjà liquidé 571 requins dans les eaux réunionnaises : 171 bouledogues et 400 tigres (données publiées au 31 octobre 2021).


Mais cela ne lui suffit pas, il en veut toujours plus. Il lui faut désormais tuer tout requin observé, y compris dans les zones les plus protégées de la Réserve marine.
Cette destruction systématique n’est pas acceptable, et ce pour de multiples raisons.

Quand il a été consulté – ce qui n’a pas toujours été le cas – le Conseil Scientifique de la Réserve marine a toujours émis des avis très défavorables à la pêche aux requins dans les zones de protection renforcée (ZPR) de la Réserve marine. Le préfet les a hélas toujours superbement ignorés.

La première étude de « l’effet réserve » (synthèse du 19 janvier 2017) a montré en effet que le repeuplement en poissons est encore loin d’être acquis, et que les massifs coralliens se sont fortement dégradés du fait de la dégradation générale de l’environnement littoral de l’Ouest de la Réunion. Il importe donc de protéger encore plus les écosystèmes coralliens de la Réserve marine. L’Etat, lui, fait le contraire…..

L’Etat peut donc déjà tuer du requin sur 60% de la Réserve. Et il voudrait 95% ?!

Pourtant la pêche dans ces zones protégées n’est nullement une nécessité puisqu’elle est déjà possible et pratiquée dans les zones de protection générale (ZPG), qui représentent 50% de la Réserve marine. Les zones de protection renforcée ne représentent que 45% (10% pour les ZPR 2B, réservées à la pêche professionnelle ; 35% pour les ZPR 2A), et les zones de protection intégrale ou sanctuaires seulement 5%.
L’Etat peut donc déjà tuer du requin sur 60% de la Réserve. Et il voudrait 95% ?!
Alors réserve marine ou réserve de pêche préfectorale ?!

L’Etat laisse clairement entendre que la Réserve marine porterait une responsabilité dans les accidents, un discours constamment asséné par une majorité de pratiquants du surf. Or il n’en est rien. Dans son avis du 9 février 2017, le Conseil Scientifique « rappelle que les attaques ont principalement eu lieu là où se pratiquent les activités de surf, sur des zones où la géomorphologie récifale le permet, grâce à une discontinuité du récif, ce qui est le cas de Boucan Canot (et des autres spots de surf en situation récifale). Cela n’a rien à voir avec le fait que ce soit une ZPR ou une ZPG ».

D’ailleurs, tant l’étude CHARC (2011-2014) qu’une étude plus récente (Soria et al, 2019) ont démontré que la répartition spatiale des requins bouledogues – l’espèce impliquée dans les accidents – était centrée à l’extérieur de la réserve et non à l’intérieur.

S’agissant du protocole « rigoureux » dont l’Etat s’enorgueillit et de l’interdiction de pêche en zone de protection intégrale, on ne peut que constater la violation systématique de ces dispositions par le Centre Sécurité Requin (CSR).
Sur les 4 dernières années en effet, le Conseil Scientifique a relevé près de 166 infractions aux arrêtés préfectoraux sur la pêche en réserve et à la réglementation de la réserve marine à l’occasion de pêches du CSR en ZPR 2A ou en sanctuaires !! Preuve s’il en était besoin que le préfet est incapable de contrôler les agissements du CSR.
Une procédure en justice est d’ailleurs en cours, 5 associations de notre Collectif ayant déposé plainte au pénal contre « X » pour ces faits.

La politique de l’Etat est d’autant plus absurde que depuis 2018 :

  • Les requins tigres, qui ne sont quasiment pas impliqués dans les accidents (un seul accident répertorié par le CSR en 10 ans), représentent 31% des captures, soit 5 fois plus que les bouledogues,
  • Les prises accessoires représentent 62% des captures !

S’agissant des deux espèces de requins ciblées – le bouledogue et le tigre – elles sont inscrites sur la liste rouge de l’UICN avec le statut quasi-menacé.
Et des études génétiques récentes (Pirog et al, 2019 ; Bernard et al., 2021) sont venues souligner l’urgence à protéger les requins tigres. Car détruire systématiquement cette espèce dans les eaux réunionnaises impacte toute sa population Indo-Pacifique Ouest.
Or, il est important de le rappeler : il n’a jamais été démontré scientifiquement que la pêche aux requins dans les ZPR 2A diminuait le risque requin.

Les prises accessoires, elles, sont vitales pour la restauration de la biomasse dans la Réserve marine : carangues, mérous, barracudas, raies, autres espèces de requins, etc…..
Par ailleurs, on y trouve de nombreuses espèces menacées ou en voie d’extinction : grande raie guitare, requins marteaux, raie pastenague à taches noires, requin nourrice fauve, tortue verte, etc….
Pour mémoire, au 31 octobre 2021, le CSR avait capturé plus de requins marteaux halicornes (55), en danger critique d’extinction, que de requins bouledogues (51).

Certes, il se targue de relâcher « vivantes » 82% des prises accessoires, soit une mortalité directe de 18%. Mais ces taux ne préjugent en rien de la survie réelle des prises accessoires, en particulier celles relâchées « fatiguées » ou blessées.
Les requins marteaux halicornes par exemple sont extrêmement sensibles à la capture et ne survivent que très peu de temps. S’ils ne sont pas tout simplement dévorés par d’autres prédateurs.

A contrario, des solutions non létales efficaces existent déjà et ont été mises en œuvre (dispositif Vigie Requin Renforcé et équipements de protection individuels EPI pour le surf ; filets de protection pour la baignade).

Par conséquent, il est parfaitement inutile – et écologiquement dangereux – d’autoriser la pêche aux requins dans les ZPR 2A de la Réserve marine, simplement pour défendre le loisir égoïste d’une poignée de pratiquants du surf.
Ces campagnes punitives ne sont pas acceptables dans un pays dit « évolué » comme le nôtre.

                        D.Dérand pour le Collectif d’Associations :

Sauvegarde des Requins – Requins Intégration – Shepherd France – One Voice – Longitude 181- Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS)- Tendua pour la sauvegarde de la biodiversité – Taille-Vent- Vivre Activement pour Garder Un Environnement Sain (VAGUES)

consultation du public