Réunion du Comité opérationnel de réduction du risque requins à La Réunion (CO4R) du 23 janvier 2014

Communiqué de presse , Saint-Denis, 24 janvier 2014

Ce jour s’est tenue la réunion du Comité Opérationnel de Réduction du Risque Requins à La Réunion (CO4R). A cette occasion, un état d’avancement des différents sujets figurant à l’ordre du jour a été effectué.

1°) Point d’information générale : situation de la ferme aquacole.

La situation de la ferme aquacole a évolué au cours de ces dernières semaines. Après la liquidation de la société aquacole des Masacareignes (SAM) et les dégâts causés par le cyclone BEJISA, l’Association réunionnaise de développement de l’aquaculture (ARDA) a entrepris, avec l’accord du mandataire judiciaire, le démantèlement des équipements constituant un danger pour la navigation. Ces travaux de sécurisation ont débuté à la mi janvier 2014 et se poursuivront dans les prochaines semaines.

2°) Point relatif à la mise en oeuvre par les mairies des dispositions de la lettre circulaire du 22 août 2013 relative à l’information des populations et à l’application de l’arrêté préfectoral n°1821 du 27 septembre 2013 portant réglementation temporaire de la baignade et de certaines activités dans la bande des 300 mètres à partir du littoral du département de La Réunion.

Le travail de suivi des actions réglementaires des communes se poursuit dans le cadre de l’application de l’arrêté préfectoral n°1821 du 27 septembre 2013 portant réglementation temporaire de la baignade et de certaines activités nautiques dans la bande des 300 mètres à partir du littoral du département de La Réunion.

Les communes ont présenté les mesures qu’elles ont mises en oeuvre ou prévoient d’adopter pour la gestion du risque requin, tant dans le domaine réglementaire qu’en matière d’aménagement des sites de pratique d’activités nautiques.

Les services de l’Etat poursuivent leur travail d’accompagnement auprès de ces collectivités dans le cadre de l’élaboration de leur plan de balisage : la dernière commission nautique locale qui s’est tenue le 16 décembre 2013 a été consacrée à l’aménagement des zones de baignade de Saint-Paul et l’Etang-Salé.

3°) Point d’étape relatif aux projets en cours

Projet « CAP REQUINS »

Le projet « Cap Requins », porté par le Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins (CRPMEM), visant à expérimenter le recours à certaines techniques de capture et de marquage des requins, est mis en oeuvre depuis la mi-janvier 2014. Cette première semaine d’opération en mer, en baie de Saint-Paul, apporte déjà quelques enseignements qui permettront les adaptations nécessaires pour améliorer les techniques employées.

Soutenu par l’Etat et les collectivités locales (la Région et la mairie de Saint-Paul), ce dispositif utilise des systèmes innovants de déclenchement d’alerte en temps réel qui se révèlent, jusqu’à présent, efficaces. En parallèle, les stations d’écoute et caméras déployées sur la zone sont actives et permettront de compléter les données pour évaluer l’évolution de la fréquentation du site.

Ce projet est conduit avec le concours scientifique et opérationnel des experts sudafricains du Kwazulu Natal Sharks Board et d’un comité d’experts locaux et nationaux qui se réunira début février 2014 en vue d’un premier bilan.

Programme de réévaluation du risque Ciguatera

La seconde phase de ce programme qui vise le développement d’une filière d’appoint pour la petite pêche réunionnaise est engagée avec le concours du comité régional des pêches de La Réunion. Il s’appuiera dans un premier temps sur les captures réalisées dans le cadre du dispositif Cap Requins, les requins et les autres espèces prélevés faisant l’objet d’analyses scientifiques menées par l’Agence pour la recherche et la valorisation marines (ARVAM).

Il est prévu dans un second temps que les prélèvements soient également réalisés sur l’ensemble du littoral de La Réunion afin de disposer d’un plan d’échantillonnage conforme aux recommandations des autorités sanitaires.

Evaluation du dispositif « Vigies requins »

Cette étude pilote associant la ligue de surf, l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et soutenue par la Région et par la direction de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DJSCS) a été engagée au début du mois de janvier par une phase de précampagne (recrutement de la coordinatrice, acquisition des matériels, élaboration des protocoles…).

La phase de terrain, durant laquelle sera testée l’efficacité des vigies immergées à l’aide de technologies innovantes, est prévue pour début février. Sa durée minimale sera de trois mois. L’ensemble des données sera consolidé dans un rapport d’évaluation qui sera établi à la fin du mois de juin 2014.

Point relatif à l’étude participative sociale et économique relative à la prévention et à la gestion du risque requin : « Mieux connaître pour mieux agir »

Les deux prestataires retenus ont présenté les grandes lignes de leur mission, qui vise à élaborer une stratégie de communication, d’information et de sensibilisation s’appuyant sur l’analyse des dimensions sociale et économique du risque requin.

Un travail participatif conduit tant à La Réunion qu’en métropole démarre, à l’aide d’une équipe projet comptant quatre intervenants disposant de compétences complémentaires.

A La Réunion (Sagis, 1997, Saint-Denis) : Arnold Jaccoud, psycho-sociologue, pour organiser et animer le travail des groupes et Philippe Fabing pour l’analyse économique. Au national (Le Public Système, 1993, Paris) : Fabien Contino, spécialiste des médias (traditionnels + web) et Emmanuel Beaurepaire, expert en communication.

L’étude qui conduira les intervenants à prendre contact avec les acteurs et le public se déroulera de janvier à décembre 2014.

REKPRELEVEBON-6103c-d1b06-2-782c8

Drumlines en baie de Saint-Paul : 5 requins pêchés depuis le 14 janvier

Communiqué du Comité régional des pêches et des élevages marins, 23 janvier 2014

Après une première semaine d’opérations en mer, essentiellement orientées sur le test des drumlines en baie de Saint Paul par leurs appâtages alternatifs chaque jour au lever puis au coucher du soleil, le projet Cap Requins apporte déjà des avancées et de premiers enseignements significatifs.
L’utilisation des caméras sous-marines et les différents essais d’appâtage (calibrage, montage des hameçons, horaires) ont déjà permis d’améliorer le protocole que l’expérimentation continuera d’affiner encore dans les prochaines heures et semaines.
Le système de déclenchement des alertes en temps réel lors d’une capture sur les drumlines, l’innovation technologique et écologique de ce projet, a jusqu’à présent parfaitement fonctionné.
Depuis le 14 janvier, six alertes de captures ont été reçues par le coordonnateur de Cap Requins qui s’est immédiatement rendu sur zone pour remonter les spécimens suivants :
  • – une carangue gros-tête de 36 kg, capturée vivante le jeudi 16 janvier à 09h40 puis prélevée pour être versée aux échantillons d’analyse sur la déprédation des espèces côtières ;
  • – un requin tigre mâle de 3,19 m et d’un poids de 186 kg, capturé vivant le lundi 21 janvier à 23h44 puis prélevé pour être valorisé dans le cadre du programme de réévaluation du risque sanitaire « Ciguatera 2 » ;
  • – un requin tigre mâle de 3,53 m et d’un poids estimé de 360 kg, capturé vivant le mardi 22 janvier à 20h58 puis prélevé pour être valorisé dans le cadre du programme de réévaluation du risque sanitaire « Ciguatera 2 » ;
  • – un requin marteau mâle de 2,50 m et d’un poids estimé de moins de 100 kg, capturé vivant le mercredi 22 janvier à 00h09 puis relâché après un marquage externe de type « spaghetti » non acoustique ;
  • – Un requin marteau mâle d’environ 3m, capturé le mercredi 22 janvier à 19h49 mais retrouvé mort malgré l’intervention dans les deux heures après déclenchement de l’alerte. Des échantillons de tissus ont été prélevés sur l’animal pour analyses biologiques et éco-trophiques ;
  • – Un requin nourrice mâle de 3,05m, capturé vivant le mercredi 22 janvier à 20h25 puis relâché après un marquage externe de type « spaghetti » non acoustique.
Le déploiement réussi des stations d’écoute acoustique autour des drumlines en début de semaine dernière et les relevés de données qui seront réalisés dans les prochains jours permettront d’évaluer rapidement l’évolution de la fréquentation de la zone par les requins déjà marqués et d’aborder l’influence des drumlines sur l’attractivité des requins sur cette partie de la Baie de Saint Paul. Le suivi de l’évolution des captures dans le tempscomplètera par la suite le test de faisabilité qui est réalisé sur l’intérêt des drumlinescomme démarche de protection.
En complément de la valorisation des deux premiers requins prélevés au titre de « Ciguatera 2 », des analyses sur la biologie, la reproduction, la croissance, l’écologie trophique, les paramètres médicolégaux….des spécimens capturés enrichiront les données acquises dans le cadre des projets scientifiques conduits localement, et notamment Charc.
Le Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins (CRPMEM) et ses partenaires dans Cap Requins – Squal’idées, Prévention Requin Réunion, Kwazulu Natal Sharks Board et la Ligue réunionnaise de
surf – redoublent leurs efforts pour poursuivre leur mission d’intérêt général visant à la réduction du risque requins à La Réunion.
L’amélioration en continu du protocole d’expérimentation du projet Cap Requins va notamment porter dans les prochaines heures sur la réduction du temps d’intervention sur zone après déclenchement de
l’alerte pour diminuer encore davantage le risque de mortalité des captures accessoires, dont une diversité de grandes espèces fréquentent régulièrement la baie de Saint-Paul.
Ce premier bilan sera suivi de points réguliers selon un rythme mensuel.
0578563001389714108

Communiqué CAPREQUINS #1

Lundi 13 janvier 2014 : communiqué de presse

LOGO

Le projet CAPREQUINS, coordonné par le Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins (CRPMEM) de La Réunion en partenariat avec le KwaZulu Natal Shark Board (KZNSB) de Durban (Afrique du Sud), l’association Prévention Requins Réunion (PRR), la Ligue de Surf et l’association Squal’idées, rentre dans sa phase opérationnelle à partir du mardi 14 janvier 2014.

Dans le cadre de sa phase pilote, notamment destinée à étudier la faisabilité d’une technique de pêche dite « de protection », des « drumlines » (lignes verticales fixées au fond), au nombre de 4, séparées de 500 mètres les unes des autres, seront immergées en Baie de Saint-Paul au niveau de l’embouchure de l’Etang Saint-Paul en zone côtière (cf. carte page suivante). Cette zone servira de site d’expérimentation in vivo pendant une période d’une durée minimale de 2 mois. Les premiers essais de pêche et de déclenchement du système innovant de « drumline intelligente » (au moyen de bouées électroniques avec système d’alarme de déclenchement en temps réel) seront engagés dans la journée du 14 janvier 2014.

Ces dispositifs seront ensuite entretenus en continu, du lundi au vendredi durant toute la durée du projet. Ces dispositifs seront équipés de stations d’écoute acoustique et de caméras sous-marines, afin d’évaluer la fréquentation de la zone par les requins marqués dans le cadre du programme CHARC. Il s’agira ainsi de suivre l’évolution des captures et du comportement des requins marqués dans cette zone pour mieux comprendre l’attractivité des dispositifs, leur sélectivité et leur efficacité à des fins de prévention du risque « requins » dans les zones côtières.

En parallèle, des opérations de palangre de fond, technique de pêche ayant montré son efficacité pour le ciblage des requins bouledogue, seront conduites selon un rythme régulier sur l’ensemble du littoral de la commune de Saint-Paul : la première opération devrait avoir lieu dans la soirée du mardi 14 ou du mercredi 15 janvier.

Le calendrier des opérations, ainsi que l’ensemble des informations utiles (zones d’opération, points d’information réguliers relatifs à l’avancement du projet…) seront mis en ligne sur le site http://www.info-requins.re.

 

Présentation1