Stop CapRequins : drumlines et palangres

2012-2017

Programme CAP REQUINS : La réalité

Dès la mise en place de ce programme « Compréhension de la CAPturabilité des Requins côtiers », le seul objectif a bien été « « Expérimenter une pêche pour protéger les côtes (pression de pêche). Les différents dispositifs une fois évalués (efficacité) seront utilisés dans le cadre d’une pêche régulière (pêche de régulation). » (Doc officiel du CRPMEM lors de la mise en place de CapRequins fin 2013).

Tout au long de ce programme et sous la pression nationale et internationale, les acteurs de CapRequins ont communiqué sous d’autres objectifs, rapidement invalidés (effarouchement, études pseudo scientifiques…).

Pour rappel, ce dernier a été mis en place et validé par l’ensemble des acteurs (Comité des pêches, Communes, Etat…) sans protocole : «  …Par ailleurs, vous avez souhaité obtenir le protocole du projet expérimental CapRequins, je vous informe que ce document n’existe pas… » (Courrier du Préfet de la Réunion le 13 mars 2014)

Aujourd’hui donc, CapRequins s’étends sur le littoral réunionnais pour « réguler » une population de requins ; « « Cette méthode de capture semble bien adaptée à des pêches de régulation à la côte de requins potentiellement dangereux«  (Communiqué de presse CapRequins, Mars 2015).

Or, comment « réguler » une population non sédentarisée ?!

 En effet, le programme CHARC (Connaissances de l’écologie et de l’HAbitat de deux espèces de Requins Côtiers sur la côte Ouest de la Réunion) a donné ses conclusions :

 – Comportement migratoire : Le suivi acoustique et satellite des requins bouledogue indique qu’ils ne sont pas présents de façon permanente sur la côte ouest de La Réunion. Les requins suivis ont été capables d’explorer l’ensemble des côtes de l’île, et aussi de parcourir plusieurs kilomètres dans le milieu pélagique océanique. Ils ne semblent donc pas être assujettis aux zones littorales, même si ces dernières représentent un de leurs habitats majeurs.

Comportement de reproduction

Aussi, le programme CapRequins souhaite réguler une population qui adopte des comportements migratoires et qui séjournent dans les eaux réunionnaises pour se reproduire ; les requins sont tués à partir d’1,50m (2m pour les Tigres ?) c’est-à-dire quand ils atteignent leur maturité sexuelle.

Stop à la chasse aux sorcières
Stop à la chasse aux sorcières
Témoignage de la mise à mort d'un requin Tigre
Témoignage de la mise à mort d’un requin Tigre

Un commentaire sur « Stop CapRequins : drumlines et palangres »

Les commentaires sont fermés.