L’Etat recule sur la pêche aux requins

Communiqué de presse du collectif -Pour mémoire, quatre associations de notre Collectif (Sea Shepherd France, Longitude 181, One Voice, Taille-Vent) et l’association Vie Océane avaient déposé récemment un recours en annulation et un référé-suspension contre l’arrêté préfectoral n°1362 du 19 juillet 2021 organisant le prélèvement de requins tigres et bouledogues en ZPR 2A de la Réserve marine de la Réunion pour la période 2021-2023 (ZPR = zone de protection renforcée). Le référé-suspension a été jugé ce jour 6 octobre au tribunal administratif. Comme seule réponse à nos arguments, le préfet de la Réunion a transmis hier au tribunal un mémoire dans lequel il annonçait le retrait de l’arrêté attaqué. En clair l’Etat rendait les armes avant même de commencer le combat…..
Le plus effarant dans cette histoire, c’est que le préfet n’avance comme seule explication à sa décision que le prétexte d’une consultation du public, rendue obligatoire par l’article L.120-1 du code de l’environnement, qui aurait été « oubliée » par ses services.
Faut-il rappeler qu’en 2017, à l’époque de Cap Requin, une consultation du public avait déjà été organisée pour exactement le même motif : un projet d’arrêté visant à aller pêcher le requin en ZPR de la Réserve marine ? A l’époque plus de 10 000 courriels valides avaient été reçus, provenant majoritairement de La Réunion (mais aussi de métropole et de l’étranger : l’océan est un patrimoine commun de l’humanité), dont 7971 soit près de 82% étaient opposés au projet ! Le préfet avait donc renoncé à son projet d’arrêté. Ce qui ne l’avait pas empêché de prendre,
un an et demi plus tard, un arrêté (n°298 du 15 février 2019) pour lancer effectivement la pêche au requin dans les ZPR 2A de la Réserve marine ! Exit l’opinion du public….
Il prétextait alors (cf. les considérants de l’arrêté), une prétendue « concertation menée en 2018 avec le Conseil scientifique de la Réserve marine ». Il est vrai que le conseil régional, présidé à l’époque par M. Didier Robert, avait mené en 2017 le même genre de « concertation » en soumettant la Réserve marine à un odieux chantage : lui supprimer 230 000€ de son déjà maigre budget, pour la contraindre à accepter la pêche aux requins tous azimuts dans les zones de protection renforcée.
Actuellement le préfet justifie la continuation de la pêche au requin dans les ZPR 2A de la Réserve marine par le fait que le précédent arrêté, celui de 2019, n’ayant pas été abrogé, il court encore jusqu’au 31 décembre 2021. Ce qui est déjà discutable.
Une nouvelle consultation du public sera donc organisée avant cette date. Il importe de rester extrêmement vigilant sur les dates de cette consultation, sachant que la transparence n’a jamais été le fort ni de la préfecture ni du Centre Sécurité Requin.
Notre but est, clairement, de stopper la destruction des requins partout à la Réunion, et au moins dans les ZPR 2A de la Réserve marine.
Pour le reste, le public saura que suite aux 166 infractions à la réglementation de la Réserve marine dont s’est rendu coupable le Centre Sécurité Requin depuis 4 ans, infractions constatées par le Conseil scientifique de ladite réserve, nos associations ont déposé 5 plaintes contre « X » auprès du procureur de la République. Ces plaintes sont actuellement en cours d’instruction.

Didier DERAND
Représentant du Collectif